Menu

Les métiers du vin et spiritueux... Des métiers variés qui recrutent en France et à l'étranger


Rédigé le Mercredi 13 Juillet 2016 à 12:26 | Lu 528 fois | 0 commentaire(s)

Les métiers du vin emploient aujourd’hui 250 000 personnes. Oenologues, sommeliers et viticulteurs sont recherchés. Mais les exploitations viticoles ont aussi besoin de compétences variées : commerce, marketing, export, comptabilité, droit, qualité, web...


"Si vous êtes passionné, tout est possible même si vous n’êtes pas fils ou fille de vigneron", affirme Christophe Château, responsable de la communication du Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). "Malheureusement, constate-t-il, il y a une désaffection des jeunes pour la filière. Pourtant, d’ici 2020, un grand nombre de salariés de l’agriculture et du négoce vont partir à la retraite."
Beaucoup de débouchés vont être ouverts d'ici l'année 2017 dans le Commerce et Marketing du vin et des Spiritueux.

Le vin français s'exporte de plus en plus en Asie et Amérique du Sud


  Le marché des vins et spiritueux est mondial. Le vin est le 2e secteur français le plus exporté après l’aéronautique. "Si les Français consomment moins, à l’inverse les pays émergents en Asie et en Amérique du Sud achètent de plus en plus des vins français. Cela demande de vraies compétences à l’exportation en matière de réglementation, de prix, de logistique", ajoute Christophe Château.

Compétences françaises très appréciées à l'étranger


Vous rêvez de vous expatrier ? Une expérience dans un domaine viticole français est une véritable carte de visite à l’étranger. Dans le domaine commercial, de plus en plus de grands châteaux choisissent des jeunes diplômés d'écoles de commerce et spécialisés dans les métiers du vin comme ambassadeurs de leurs marques à l'étranger.

Oenotourisme : un secteur en plein développement


  En France, les régions viticoles s’ouvrent à l’oenotourisme. "En 2016 s'est ouvert à Bordeaux la Cité des civilisations du vin. Un énorme projet qui devrait attirer 400 000 visiteurs par an. Il va falloir faire face à cette demande et apporter une offre touristique en conséquence", prévoit Christophe Château. Visite de chais, chambres d’hôte, restauration, dégustation, l’œnotourisme devrait être une activité porteuse dans les prochaines années. Les passionnés de vin capables de parler plusieurs langues sont déjà très recherchés.




Nouveau commentaire :